NATION
POLITIQUE
INTELLIGENCE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SOCIETES
CHRONIQUES
CULTURE
SPORT

6 novembre 2008

Interpellation du Directeur Général de L’Intelligent d’Abidjan Denis Kah Zion : “Nous savons comment nous avons été humiliés”

Actualites QuotidienL'Intelligent d'Abidjan

Suite à l’arrestation de Assé Alafé, Directeur Général de Socef-Ntic, société
éditrice du quotidien L’Intelligent d’Abidjan, le président du Groupement des
Editeurs de Presse de Côte d’Ivoire, Denis Kah Zion, a effectué dans l’après-midi
d’hier, une visite dans les locaux du quotidien. Il s’agissait pour le premier
responsable du Gepci d’apporter son soutien aux journalistes. Il a échangé à cet
effet avec l’ensemble de la rédaction au grand complet.

Monsieur le rédacteur en chef, cher jeune frère,
Chère consoeur et chers confrères,
Je suis là cet après-midi avec le coeur meurtri par rapport à ce que, tous ,nous
savons: l’interpellation et l’arrestation de mon jeune frère Assé Alafé. Déjà toute
la journée de mardi nous l’avons passée à la Sûreté. Nous savons comment nous avons
été humiliés, d’une manière ou d’une autre. Je pèse bien mes mots. Parce que, être
appelé à une conférence de presse et moi-même en tant que responsable d’une
structure, le Gepci, me demander d’arriver à la Sû-reté à 15h30 pour une déclaration
de presse qui finalement a eu lieu à 18h45, moi j’ai appelé ça une humiliation. Mais
je ne suis pas là pour faire des commentaires sur cet acte. Je voulais tout
simplement vous dire que je suis là ce soir d’abord en tant que journaliste,
Directeur général d’un groupe de presse, Le Réveil et Président du Groupement des
Editeurs de Presse de Côte d’Ivoire (Gepci). Je suis là, mais les membres du bureau
et moi,
avons pris l’affaire en main. Nous sommes donc en train d’échanger et de discuter.
Mais il nous a paru nécessaire qu’en tant que premier responsable de ce Groupement
des Editeurs de Presse de Côte d’Ivoire, donc de tous ceux qui ont des entreprises
de presse en Côte d’Ivoire, de venir vers vous, travailleurs de l’entreprise de
presse Socef-Ntic. D’abord en premier, vous exprimer toute notre compassion. Alafé
est bel et bien vivant, la prison dit-on, est faite pour les hommes. On y passe
mais on n’y reste pas. Nous devons tous considérer que c’est une situation qui est
arrivée. Aujourd’hui Alafé se trouve là où il se trouve. Mais nous Editeurs, le
message que nous avons à vous donner, Monsieur le Rédacteur en Chef, à vous et à
tous vos collaborateurs, c’est de rester sereins. C’est de rester calmes. Disons,
c’est d’être à la tâche à tout moment. L’interpellation, l’arrestation d’Alafé peut
être aussi
assimilée à ce qu’on peut appeler le bâillonnement de la presse. Si aujourd’hui
vous arrêtez de travailler et donc de publier ce que vous publiez tous les jours,
je pense que l’objectif de ceux qui l’ont interpellé, de ceux qui l’ont arrêté aura
été atteint. Je ne parle pas de menace sur la liberté de la presse. Mais je dis que
dès lors que le propriétaire d’une entreprise de presse se trouve dans la situation
dans laquelle il est, tout autre situation peut se produire. C’est -à- dire, même
l’arrêt immédiat du travail. Moi je vous ai trouvés en train de travailler. Même
hier, vous étiez dans plusieurs courses, mais vous avez produit un journal
aujourd’hui. Je suis donc venu vous apporter tout le soutien du GEPCI. Nous serons
à vos côtés à tout moment. D’abord pour toutes les démarches qu’il faut engager
pour que Alafé sorte de la prison, pour toutes les démarches qu’il faut engager
pour qu’ un
collectif d’avocats soit constitué pour qu’il soit défendu. Nous le ferons avec
l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci), nous le ferons même
avec le Syndicat des agents de la presse privée de Côte d’Ivoire (Synappci). Je le
dis mais les contacts ont déjà été pris. Certes votre maison a un Conseil mais il
nous appartient aussi de manifester notre solidarité vis- à -vis de l’éditeur de
presse qu’est Alafé mais aussi à l’endroit de tous les travailleurs de cette
maison. Les avocats feront le travail. Je n’ai pas de commentaire à faire sur le
contenu de la déclaration du porte-parole de la Police. Les avocats vont y
travailler. Et comme c’est une affaire en flagrant délit, nous pensons que dans la
quinzaine, il sera entendu et le jugement sera rendu. Nous serons à vos côtés pour
que le journal continue d’être sur le marché. Nous ne sommes pas venus vous
garantir des salaires mais nous sommes
venus vous dire que nous serons à vos côtés. Chaque mot a son poids. Nous serons à
vos côtés pour que L’Intelligent d’Abidjan soit sur le marché tous les jours. Nous
nous mettons à votre disposition pour que nous discutions tous les jours. Nous
aussi n’aurons pas besoin d’être touchés pour venir ici. Nous serons à vos côtés.
Je voudrais aussi vous dire que la cible, peut-être, est atteinte mais cherche t-on
encore d’autres cibles à atteindre ? C’est pour cela que le Gepci voulait aussi
vous demander de travailler en toute sérénité, de ne pas céder à la provocation.
De peser et de sous-peser les termes qui seront utilisés dans cette période. Faites
votre métier de journaliste avec professionnalisme, dans le respect de l’Art, de
l’éthique et de la déontologie. Une virgule mal placée, pourrait être utilisée par
l’adversaire qui pourrait encore agir. Je voulais vous exhorter à travailler et à
bien
travailler, à produire comme vous le faisiez habituellement pour que personne ne
trouve autre chose à dire et que personne ne cherche à vous piéger. Pour le reste,
Alafé a été arrêté; je sais que dans la presse ivoirienne on cherche d’autres
Alafé. Je sais de quoi je parle. Mais ne prêtons pas le flanc aux gens. Je voulais
donc vous souhaiter courage, perspicacité, efficacité mais surtout sérénité. Voilà
le message que j’avais à vous donner au nom du Gepci. Une fois de plus, je dis que
nous sommes à votre disposition. Personnellement, je suis à votre disposition.
Discutons de tous les problèmes pour que L’Intelligent d’Abidjan continue d’être
sur le marché.

Propos recueillis par Jocelyne BALLOT

19 Commentaires »

  1. Pourquoi pensez - vous qu’on cherche d’autres Alafé dans la presse? Pensez-vous qu’il en existe encore?
    Ce n’est pas parce qu’on est journaliste qu’on est au-dessus de la loi. C’est même ici une question de moralité. Peut-on se prévaloir d’éveilleur de conscience si soi même on est de mauvaise moralité?
    Pour le moment Alafé bénéficie de la présomption d’innocence… Attendons la suite

    Commentaire par Séka Apo — 7 novembre 2008 @ 10:42

  2. Kah Zion me fait rire. C’est vraiment un RIGOLO. Pour lui, des qu’un journaliste est pris en flagrant délit de fraude a la nationalité alors il faut y voir tout de suite une affaire politique, une cabale « refondatrice », etc. Un journaliste est-il au-dessus des lois ???? Mein Gott, ou allons-nous avec cet esprit étroit de république bananière? Kah Zion est peut-être même celui-la qui a dénoncer anonymement Assé Alafé Wakili. Et maintenant ce même Kah Zion vient se présenter en samaritain. Attendons de voir dans quelles mains passera L’Intelligent d’Abidjan…..

    Commentaire par Zhang — 7 novembre 2008 @ 12:07

  3. qui a dit que l’arrestation d’un journaliste, pas dans l’exercice de ses fonctions, c’est porter atteinte à la liberté de presse? si M. Kah Zion ne veut pas le dire c’est ce qu’il pense. Sa réaction donne à refléchir. Attendons la suite de cette affaire

    Commentaire par Roland — 7 novembre 2008 @ 12:41

  4. Cher Kah Zion, soyez honnête et comprenez une fois de plus que la Cote d’Ivoire est un pays régie par des lois et qui conque les détournent ou veux les détourner doit être mis à la disposition de la justice. arrêtons de dénigrer notre propre pays, soyons honnête avec nous même, il faut qu’on se respect en respectant les lois que nous avons établies si nous voulons que les autres nous respectent. Cessez d’être Hypocrite et votre conscience sera soulagé pour une fois.

    Commentaire par Adama — 7 novembre 2008 @ 12:51

  5. J’ai beaucoup de sympathie pour mr. Alafé car j’admire toujours les battants. Je pense que quelqu’un de son calibre aurait pu obtenir sans difficulté la nationalité ivoirienne s’il en voulait. Je connais des Nigérians nés en C.I., qui ont eu des bourses ivoiriennes toute leur vie scolaire mais qui n’ont jamais voulu de la nationalité ivoirienne, c’est leur choix que nous respectons. Maintenant, si Mr. Assé allafé a commis des actes frauduleux, alors la loi s’appliquera. Persone ne doit s’imaginer au dessus de la loi.Laissons le coté émotionnelle. Une loi doit être respectée jusqu’à ce qu’on la change. Sans loi, nous allons vivre dans une vraie jungle. Je suis désolé pour lui et espère que ce qui lui est reproché est faux.

    Commentaire par XIX — 7 novembre 2008 @ 3:08

  6. AYEZ LE COURAGE DE NOUS DIRE SI CE QU’ON LUI REPROCHE EST VRAI OU FAUX. C’EST LE PLUS IMPORTANT DANS CETTE HISTOIRE.

    Commentaire par XIX — 7 novembre 2008 @ 3:13

  7. A lire les propos de monsieur Kah Zion, je suis très triste pour la Côte d’Ivoire.Monsieur Alafé a t-il été arrêté pour délit de presse? ou bien la Côte d’Ivoire n’aura de loi que quand monsieur Kah Zion sera au pouvoir? on parle de fraude sur l’identité de son pays et lui Zion parle de presse.Pourqoi monsieur Zion n’affirme t-il pas que Alafé est Ivoirien et donc il subit l’injustice du pouvoir? Si Alafé est inocent il sera libré et retabli dans ses droits. Aller en prison par erreur n’est pas une humiliation.Monsieur Zion, changez votre manière de faire la politique.On peut faire la politique dans l’amour fraternelle comme Obaman et Mc Cain. Merci.

    Commentaire par Alfred Kouassi — 7 novembre 2008 @ 8:55

  8. Moi je connais Alafe pour avoir ete son camarade d’enfance. Demandez la clemence au lieu d’empirer son cas.

    Commentaire par Wassa — 8 novembre 2008 @ 12:09

  9. J’ai honte pour mon pays à entendre les propos de KAH ZION pour un homme de sa trempe.J’ai meme des doutes sur les information de ce groupe de presse.La cote d’ivoire n’est pas une poubelle.La loi s’appliquera.DE toute façon ZION n’est que vautour pret à vendre son pays pour de la chair de grenouille.

    Commentaire par KONE — 8 novembre 2008 @ 9:46

  10. Je croyais que le pere et la mere de Wakili sont morts depuis des temps!!!
    De quel pere s’agit-il? Et quelle mere??

    Je ne comprends plus rien du tout a cette affaire. Faisons comme ailleurs dans les grandes democraties des “communautes internationales”: un Test d’ADN et nous saurons la verite!!

    Commentaire par Doktaire Assid Desoxi Nuklos — 9 novembre 2008 @ 3:09

  11. Je prefere qu’un etranger vole la nationalite ivoirienne pour chercher à s’integrer en Côte d’Ivoire qu’un ivoirien d’origine fasse venir des dechets toxiques en Côte d’Ivoire pour 100milliards de francs CFA pour decimer tout le peuple de Côte d’Ivoire.

    Commentaire par Anonyme — 10 novembre 2008 @ 3:46

  12. C’est malheureux qu’un pays du tier monde a la recherche de son identite n’est puisse pas savoir que l’integration intelligent est une part integrante des nations developes. Le Pere d’Obama est arrive aux Etats-Unis sur la base de qu’on appelle la politique intelligente d’immigration lance par John Kennedy qui lui etait fils d’immigrant Irlandais. Aux Etats-Unis on sait qu’un immigre vient avec sa force et sa determination. C’est aux Etats-Unis il ya chaque annee la lotterie pour obtenir la carte verte, carte de residence. Si un pays comme la Cote d’Ivoire ne peut pas savoir que les questions de nationalite sont sensible c’est vraiment dommage. Aux Etats-Unis quand on arrete un inellage on pose les questions suivantes:
    Quel est son apport a la societe americaine et s’il est etablit qui un acteur economie tout suite on lui accorde la legalite. Un pays comme la Cote d’Ivoire, un pays du tier monde qui devrait fier d’acceuilir les energie pour son developpement se retrouver comme dans un village a savoir qui est du village et qui n’est pas du village. Alafe est ivoirien, ici ce n’est le fait qu’il est ivoirien qui pose probleme, c’est le faite qu’on utilise son origine parentale qui pose probleme.

    Commentaire par Falik — 10 novembre 2008 @ 5:03

  13. C’est malheureux qu’un pays du tiers monde à la recherche de son identité ne puisse pas savoir que l’intégration intelligente est une base fondamentale des nations développées. Le Père d’Obama est arrivé aux Etats-Unis sur la base de qu’on appelle la politique intelligente d’immigration lancée par John Kennedy qui lui était fils d’immigrant Irlandais. Aux Etats-Unis on sait qu’un immigre vient avec sa force et sa détermination. Aux Etats-Unis il est organisé chaque année la loterie pour obtenir la carte verte, carte de résidence. Si un pays comme la Cote d’Ivoire ne peut pas savoir que les questions de nationalité sont sensibles c’est vraiment dommage. Aux Etats-Unis quand on arrête un an non-résident on pose la question suivante:
    Quel est son apport a la société américaine et s’il est établit qu’il est un acteur économie la procédure de légalisation lui est ouverte. Un pays comme la Cote d’Ivoire, un pays du tier monde qui devrait être fier d’accueillir les énergies pour son développement se retrouver comme dans un village à savoir qui est du village et qui n’est pas du village. Alafé est ivoirien, ici ce n’est le fait qu’il est ivoirien qui pose problème, c’est le faite qu’on utilise son origine parentale qui pose problème.

    Commentaire par Jules Konan — 10 novembre 2008 @ 5:11

  14. c’est dommage de mettre 1honnete homme en prison pour des banalités,alafé est quelqu’un de bon ,il aide les gens qui sont dans le besoin,ce imbecil de kah zion qui raconte sa vie pour mendier 1peu d’argent,t’es patetique et malhonnete mais seule DIEU pourra te le faire payer a toi et ta bande d’ippocrite y compris le president de l’unjci bande de vautour,arreter de vendre vos ames au diable.

    Commentaire par flora — 13 novembre 2008 @ 7:49

  15. Salut à tous,

    Je suis très déçu de nos sois disant intellectuels de journalistes et d’hommes de lois qui prennent leurs reves pour la réalité. Comment comprendre qu’un individu fusse t’il journaliste et propriétaire d’entreprise de presse puisse frauder sur la nationalité et bénéficier de la clémence de la justice. Qu’est ce qu’il a de plus que toutes les autres personnes qui ont frauder sur cette même nationalité qui sont passées devant les juridictions de ce pays et dont vous aviez fait écho avec des mots durs. C’est malhonnêtes et désolants pour vous, pauvres journalistes. Ce n’est pas un problème de syndicat mais un délit pénal. Ressaisissez vous et arrêtez de vendre notre pays. Même si nous voulons l’intergration il faudra que cela se fasse dans les normes et les règles.

    Commentaire par Parfait — 17 novembre 2008 @ 11:29

  16. laissez la justice faire son travail. le pays a d’autre chose à faire. par exemple comment sortir de la crise?
    la 1ère chose c’est taire nos rancœurs,la 2è c’est tuer en nous le tribalisme ,facteur de division .la paix suivra tout seul,et le pays pourra être dirigé comme il se doit.bédié gbagbo et alassane,ou quelqu’un d’autre,personne ne peut gouverner dans ce désordre occasionné par les guerriers,personne . ne soyons pas dupes.

    Commentaire par mon rêve — 18 novembre 2008 @ 6:22

  17. C’est un delit de droit commun. cela n’a rien avoir avec la liberté de la presse. La côte a des lois et des reglements.Laissons la parole à la justice.

    Commentaire par koté — 24 novembre 2008 @ 2:59

  18. C’est bien fait pour Alafé. C’est lui qui était le défenseur de l’ivoirité en s’attaquant à ADO dans le National de Tapé Koulou. Il est dévoré lui même par le monstre. Il comprendra que ADO defend la cause de tous les ivoiriens qu’on veut spolier de leur nationalité

    Commentaire par kARIM — 27 novembre 2008 @ 2:04

  19. monsieur falik alias jules konan tu n’as rein compris.je ne connais pas alafé,mais ce que certains lui reproche c’est d’avoir 3 extraits de naissance différents. d’autres soutiennent que ce n’est pas vrai. c’est aux uns et aux autres de prouver la véracité de ce qu’ils avancent.quant à ceux qui racontent des histoires en prenant l’exemple de oboma ce sont simplement des bornés. je dirai même qu’ils font injures à cet honnête citoyen américain qui a eu sa nationalité dans les règles. à vous lire on a l’impression que vous voulez que la côte d’ivoire soit un pays laxiste,et c’est encore vous qui parlez d’impunité.alafé peut obtenir la clémence de la justice si ce qu’on lui reproche est vrai,puisqu’il n’a pas tué ou commis d’actes qui mette le pays ou un quelconque individu en danger. mais dire qu’on doit carrément passer la main dessus je dis non.
    ceux qui le défendent aveuglement ,qui le comparent à obama et qui vont jusqu’à trouver cela normal, non seulement ils n’ont rien compris au problème, mais ce sont ceux là qui sont heureux de voir ce pays dans cette situation et qui pensent que alassane lutte pour leur cause.

    Commentaire par alassaneduburkina — 28 novembre 2008 @ 5:58

Envoyer un commentaire













PUBLICITE

HAUT DE PAGE L'Intelligent d'Abidjan

SOCEF-NTIC
Societe de Communication, d'Edition, de Finances et des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication

L'Intelligent d'Abidjan
Disponible sur le marche et sur le Net depuis le 04 septembre 2003 Edite par Socef-NTIC, Directeur G�n�ral : Asse Alafe W.

L'Intelligent d'Abidjan Edite par Socef-NTIC
E-mail : [email protected]    / E-mail:
Droits de reproduction et de diffusion reserves � L'Intelligent d'Abidjan
Site realise et edite par RICMedia