NATION
POLITIQUE
INTELLIGENCE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SOCIETES
CHRONIQUES
CULTURE
SPORT

3 décembre 2008

Affi N’guessan persiste et signe: “Le préalable du désarmement avant les élections n’est pas négociable !”

Actualites QuotidienL'Intelligent d'Abidjan

Une heure trente minutes. C’est le temps qu’a duré la rencontre entre la délégation du Front populaire ivoirien conduite par son président Pascal Affi N’Guessan et le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en Côte d’Ivoire, M. Young Jin Choi. C’était le mardi 02 décembre 2008 à l’hôtel Sebroko.

« Les questions de la sécurité et de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire ne semblent pas aller au même rythme que le processus électoral. C’est une grande préoccupation parce que ces deux choses doivent converger pour garantir des élections ouvertes, justes et transparentes. Nous voulons que les élections se tiennent dans un environnement sécurisé, dans la transparence, dans la sécurité pour que les résultats soient incontestables et ne soient pas contestés… », a affirmé Affi N’guessan à la sortie d’une séance de travail avec M. Choi. C’est donc pour faire part des préoccupations et inquiétudes du parti présidentiel que la délégation, qui comptait en son sein MM Aboudrahamane Sangaré, Assoa Adou, Atteby William, Lida Kouassi, Sokoury Bohui, Konaté Navigué et Mme Odette Lorougnon, a rencontré le représentant onusien. «Nous devons aller à des élections dans un pays unifié, pacifié, normalisé où l’Etat est présent sur chaque parcelle du territoire, où les ex-combattants des Forces nouvelles sont tous désarmés et où ce sont les structures régulières de l’Etat qui assurent la sécurité et qui gèrent l’ensemble des prérogatives de l’Etat sur l’ensemble du territoire», insistera le leader des frontistes. Qui a tenu a exprimer sa fermeté en ces termes : «Pour nous, le préalable du désarmement avant les élections n’est même pas une question négociable, c’est le fondement de tous les accords ». « Ce territoire a été agressé le 19 septembre 2002. L’objectif de tous ces efforts que nous faisons et de tous les accords que nous concluons, c’est de restaurer l’intégrité et de ramener l’Etat là où il avait été expulsé par la rébellion.. Si nous ne faisons pas cela, c’est comme si nous n’avons rien fait. C’est comme si les Accords que nous avons signés n’ont pas abouti. Et ça veut dire que tout ce que nous faisons, sera précaire puisqu’on ne peut pas construire sur du sable. Il faut construire sur des fondements solides. Le fondement de toute action publique, c’est l’Etat, il faut que l’Etat soit partout pour garantir l’impartialité du processus électoral, l’égalité de tous les citoyens. Figurez-vous que si l’Etat n’est pas présent dans les zones CNO, cela veut dire que les élections vont se passer au Sud selon un certain nombre de conditions et au Nord dans d’autres conditions. Cela veut dire que ce ne seront pas des élections équitables puisque les conditions ne sont pas les mêmes partout or il faut que les élections se tiennent dans des conditions identiques aussi bien au Sud qu’au Nord. Tout cela garantit des élections incontestables », précisera-t-il, pour conclure. Plusieurs rencontres avec les acteurs du processus de sortie de crise, pour évoquer le même sujet, sont inscrites sur l’agenda du Front populaire ivoirien dans les jours à venir.

Hervé Gobou

Affi exclut l’idée d’une Conférence Nationale

La Conférence nationale, idée chère au Pr Francis Wodié, président du Parti ivoirien des travailleurs (PIT), a été balayé du revers de la main par le Premier ministre Pascal Affi N’guessan. Pour le président du Front populaire ivoirien, qui a fait savoir cette opinion au sortir d’une audience avec M. Young Jin Choi, c’est plutôt l’exécution des engagements pris par les acteurs politiques qui compte, et non l’organisation et la signature d’autres accords, « qui nous ramèneront à la case départ ». Un forum de dialogue national n’est donc pas la panacée, à entendre Affi N’guessan, au mal ivoirien. Mais plutôt la concrétisation de la volonté d’aller à la paix, la réconciliation et la sortie de crise, maintes fois mentionnée dans les multiples accords de paix. L’idée de concertation nationale, à laquelle tient, comme la prunelle de ses yeux, le Pit, n’est comme on peut le constater, nullement partagée par un des acteurs majeurs de la scène politique nationale le parti présidentiel.

H.G

9 Commentaires »

  1. franchement c’est con c”est la faute du president comment des tueurs deviennt des rois laisse ta place j’ai jamaais compris mettre ces gars en prison et les voleurs libre franchement

    Commentaire par titi brice — 5 décembre 2008 @ 11:58

  2. la crise ivoirienne est “télécommandée ” par des mains obscures,qui sont pourtant connues. quand on en parle il y a des naïfs qui pensent que on accuse d’autres personnes quand on a des problèmes.
    je voudrais inviter certaines personnes à réfléchir sur des situations dans les pays de la sous région.
    pourquoi c’est le fils de eyadema qui doit être le président du togo? imaginez un instant que le fils de houphouet,de bédié ou de gbagbo remplace son pére à la tête du pays.

    Commentaire par alassaneduburkina — 5 décembre 2008 @ 1:54

  3. AFFI KABORE PASCAL EST MANIPULER PAR GBAGBO LE MOITIE MALIAN QUI NE VEUT PAS ALLER AUX ELECTIONS PROPRE DE CRAINDRE DE LES PERDRE.MAIS QUE CHERHCHE T-IL? QUE LE FN DESARME ET LAISSER LES MILICIENS ET LES SOFA APPELE FDS PRENDRE LE PAYS EN OTOGE ET ENSUITE LAISSER LE TUEUR GBAGBO TRONQUER LES ELECTIONS? QUE CROIT AFFI KABORE DONC? NE SAIT T-IL PAS QU’IL YA DEUX ARMEE DANS CE PAYS? DONC DE QUEL DESARMENT DES FN PARLE T-IL DONC? ET C’EST MILICIENS ET LES FDS? CEUX QU’IL APPEL REBELLE ON PRIS LE NORD NON PAS PAR MAGIE,MAIS ILS L’ON PRIS PAR LEURS COURAGE ET LEURS VICTOIRE SUR LE TERRAIN MILITAIRE.DONC CE QUI VEUT DIT QUE GBAGBO N’EST PLUS PRESIDENT QUE DU SUD ET SORO LE PRESIDENT DU NORD SUR LE TERRAIN.DONC SI ON DEVRAI FAIRE LA PAR DES CHOSES COMME LE STIMULE LES DIFFERANT ACCORD,ONT DEVRAIT DABORD REFORMER CETTE ARMEE TRIBAL DE GBAGBO ET FORMER UNE VRAIS ARMEE REPUBLICAINE ET NON LAISSER CETTE ARMEE TRIBAL EN PLACE ET DEMANDER AUX FN DE DESARMER.VOUS NE POUVIEZ PAS ME DIRE QUE GBAGBO ALLAIT ACCEPTER QUE SORO SOIT LE PREMEIR MINISTRE DU PAYS S’IL NAVAIT UNE ARMEE DERRIER LUI COMME GBAGBO AVEC LE FDS.DONC ARRETEZ DE REVER ET REVENEZ SUR TERRE.CAR TANT QU’IL NAURRA PAS UNE VRAI ARMEE REPUBLICAINE JAMIS LES FN VONT DERSAMER.CAR LE TITTRE FONCIER DE LA COTE D’IVOIRE NA PARTIEN PAS A GBAGBO NI AU FPI MOIN AUX RDR OU LE PDCI VOILA CE QUI EST CLAIRE.ET SI GBAGBI ET VOUS NETTE PAS SATISFAIRE!ALORS VOUS SAVIEZ TRES BIEN OU SONT LES FN.

    Commentaire par BAMBA — 5 décembre 2008 @ 6:18

  4. Y’a t-il encore des gens en armes en déhors des “deux armées”? Alors si oui,que font ils avec? Nous sommes dans un cul de sac. Je ne crois pas en des élections en CI.Chaque camp fait un jeu de mots en déformant les différents accords en en sa faveur. Et le peuple dans tout ça?

    Commentaire par NEKPADRO — 5 décembre 2008 @ 7:10

  5. Rappelez de la fable de Jean de la Fontaine: LE VOLEUR ET L’ANE.
    Reflechissez chers freres et soeurs. Le jour de gloire est arrive!!!!!!

    Commentaire par Napoleon — 5 décembre 2008 @ 11:44

  6. Rappelez vous de la fable de Jean de la Fontaine: LE VOLEUR ET L’ANE.
    Reflechissez chers freres et soeurs. Le jour de gloire est arrive!!!!!!

    Commentaire par Napoleon — 5 décembre 2008 @ 11:45

  7. comme dirait nos élites ? alias les obéses du régimes ” c est pas plus mal que si cetait pire ,?” car c est bien plus mieux bien avec NOUS ?
    Vraiments ils en ont dans la téte ? ces obéses ?

    Commentaire par ramses — 6 décembre 2008 @ 8:07

  8. Ne pas céder aux fauteurs de troubles. La RCI a une occasion historique, avec l’Accord politique de Ouagadougou, de sortir de cette ornière et de construire une paix durable. Voir mon analyse sur http://webthemic.20minutes-blogs.fr/

    Commentaire par OS — 6 décembre 2008 @ 5:34

  9. Chers Parents,
    Cheres Soeurs,
    Chers Frères,
    Chers Leaders Politiques,
    Chers religieux,
    Chers Responsables de la Société Civile,
    Si nous faisons pas attention nous risquerons de plonger notre Pays dans le Chaos.
    Il est facile d’allumer le feu mais difficile de l’eteindre c’est ce que nous constatons depuis près de 10 ans, nous avons nier notre identité pour la quête du pouvoir le resultat c’est le chaos que nous vivons.
    Si aujourd’hui les deux front ont accepté de dialoguer et signer des accords alors qu’ils tiennent parole.
    Le peuple est fatigué car nous avons une jeunesse qui souffre, des planteurs qui rament et ce n’est pas Abidjan ou Bouaké qui paie les factures de nos parents paysans ou de nos frères descolarisés.
    L’appel que nous lançons vient du profond de nos coeurs, allons à la paix tous ensemble car notre pays en a besoin tant pour le peuple qui y vit et ceux qui nous regardent.
    Chers frères Patriotes il est tant de proner la paix de coeur dans toute sa tendresse et non sur le bout des lèvres car à côté de vous il y’a une classe qui souffre et qui veut aussi trouver la joie de vivre de trouver aussi un confort de vie.
    Chers frères FN, nous vous prions de conduire et de traduire dans l’effectivité les accords que vous avez signé pour que nous sortions de cette crise. Le peuple en a besoin pour se retrouver tous nous avons compris le sens de votre lutte, les décisions prises par vous et le PR sont salutaires et sachiez que nous sommes avec vous.
    Alors mes frères allons à la paix avec l’APO.
    Si tel n’est pas vos voeux alors que Dieu est pitié de nos parents, frères, soeurs, qui seront livrés à eux même tandis que vous pourriez vous en tirez.
    Pensez au Peuple Ivoire avant toute chose.

    Commentaire par LEGRE — 6 décembre 2008 @ 9:46

Envoyer un commentaire













PUBLICITE

HAUT DE PAGE L'Intelligent d'Abidjan

SOCEF-NTIC
Societe de Communication, d'Edition, de Finances et des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication

L'Intelligent d'Abidjan
Disponible sur le marche et sur le Net depuis le 04 septembre 2003 Edite par Socef-NTIC, Directeur G�n�ral : Asse Alafe W.

L'Intelligent d'Abidjan Edite par Socef-NTIC
E-mail : [email protected]    / E-mail:
Droits de reproduction et de diffusion reserves � L'Intelligent d'Abidjan
Site realise et edite par RICMedia