NATION
POLITIQUE
INTELLIGENCE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SOCIETES
CHRONIQUES
CULTURE
SPORT

22 juillet 2009

Culture Honoré au Panaf 2009, Sidiki Bakaba révèle ‘’40 ans après, le niveau des spectacles est en dessous de la moyenne’’

Actualites QuotidienL'Intelligent d'Abidjan

Contrairement à la critique qui a, depuis son retour en Côte d’Ivoire pour diriger le palais de la Culture, annoncé sa « mort » culturelle, l’acteur Sidiki Bakaba – dans un regard vers le passé – se réjouit d’y avoir plus eu le temps de créer qu’il ne l’a fait en 30 ans de carrière. Sa réponse, cette image de sa carrière est une « forme d’ingratitude à sa personne ». Le regret qu’il exprime suite à quatre propositions de tournages, c’est de «n’avoir réalisé le dernier film avec Sembène Ousmane». Revenu dans la nuit du vendredi 17 juillet d’Alger où il était invité d’honneur – au même titre que Bernard B. Dadié – au Festival panafricain d’Alger (Panaf 2009), Sidiki Bakaba a fait part, hier mardi au palais de la Culture – salle Adiaffi, de l’honneur qui lui [leur] a été fait, quarante ans après sa [leur] participation à la première édition de 69 avec la pièce de théâtre « Monsieur Togognini » signée Bernard Dadié. Ce qui le distingue, au-delà des œuvres sur le plan artistique et culturel, son « engagement et son courage ». « La victoire aux mains nues, j’ai tout vu », est, a-t-il témoigné, la phrase – titre de son documentaire réalisé en 2004 – en dessous de sa photo désormais dans le hall du Théâtre national à Alger. « Je suis content d’avoir vu ce qui s’est passé en 2004 », a-t-il commenté. Ceux qu’il qualifie de monuments Wolé Soyinka et Bernard Dadié, Ousmane Diakaté, y trouvent place. « L’Algérie m’a honoré. Je peux avoir la place que je mérite (…) C’est une chance d’être un homme aujourd’hui, où le monde se construit, d’avoir une morphologie qui passe partout », admet-il. Si le « symbole » que représente le prix nommé du « Festival du théâtre d’Alger » est, pour lui, « grand », l’acteur enchaîné dans la pièce de Bernard Dadié qu’il jouait en 69 a [eu] le « sentiment », au moment de la distinction, d’avoir « eu le temps de casser les mêmes chaînes ». « Ma décolonisation personnelle est partie d’Alger, qui a tout déclenché. En 1969, pour nous – venant de la Côte d’Ivoire –, le mot révolution était un monstre », a-t-il traduit le sens qu’il accorde au festival au caractère panafricain. A Alger, contrairement aux autres pays, Sidiki Bakaba a déploré l’absence, non seulement de la presse ivoirienne, mais du ministre de la Culture et de la Francophonie et de l’Ambassadeur en Algérie de la Côte d’Ivoire. Cependant, à côté de la joie manifestée, Sidiki ne cache pas son amertume quand il relève «les erreurs de 40 ans : guerres fratricides et méconnaissance de nous-mêmes». Si dans le cas, principalement, de la Côte d’Ivoire, il conseille «une révolution culturelle», Sidiki dénonce. Avoir 0,1% du budget qui soit alloué à la culture dans un Etat d’est, selon lui, privilégier le « divertissement ». « Autant dire qu’il n’y a pas de culture », dit-il et de constater les « grands discours ». « Il y a eu trop de colloques, trop de théoriciens à qui on paie des hôtels. Tous les discours des ministères qui depuis 40 ans sont dépassés », souligne-t-il. Quel enseignement tire l’acteur et metteur en scène Sidiki des spectacles lors du Panaf 2009 ? « La qualité des spectacles dans le sub-sahara est en dessous de la moyenne. Le niveau, quarante ans après, est en dessous. Celui de la Côte d’Ivoire est un peu au-dessus », a-t-il commenté tout en reconnaissant les efforts du Burkina Faso vers « l’excellence » quand en Côte d’Ivoire « il y a comme une peur d’aller vers ». La clé de la réussite est la « formation ». « Sans la formation, un acteur face à un récit n’a pas d’âme », fait-il savoir. Par ailleurs si, admet-il, la formation se fait depuis les années 60, la question est de pouvoir « l’orienter ». Côté scènes, l’invité d’honneur au Panaf 2009 Sidiki Bakaba fait remarquer que « Ile de tempête » de Bernard Dadié joué par les comédiens de l’ActorStudio – du palais de la Culture –, dans le même esprit que les représentations théâtrales de Lumumba, Behanzin et Soundjata méritait de l’opportunité d’être à la deuxième édition du Festival panafricain d’Alger. Néanmoins, les dispositions, souligne-t-il, sont prises pour le rendez-vous, au Sénégal, lors du Festival mondial des arts nègres (Fesman).
Koné Saydoo

6 Commentaires »

  1. en tout sidjiri, je t apprecie en tant que professionnel de l art. quand je te vois jouer je suis fier de toi et d etre ivoirien.vu ton professionnalisme. mais soit toujours humble .

    Commentaire par koff — 22 juillet 2009 @ 8:05

  2. LETTRE OUVERTE A SORO

    Par yao N’GUESSAN

    Je m’interviens pas ici au nom du PDCI-RDA , premier parti politique de la Côte d’Ivoire ; je le fais en tant simple citoyen et parce que je pense que trop , c’est trop !

    Nous en avons assez d’entendre vos conseillers , vos dozos , vos rebelles , tous ceux qui vous soutiennent répondre chaque fois , à tout moment , et de façon guerrière , provocatrice aux déclarations émises par l’entourage du Président BEDIE .

    Je n’utilise pas la voie de certains Ivoiriens qui vous appellent ironiquement ” Excellence ” .
    En effet , le mot ou le titre Excellence revient à la noblesse , à l’histoire .

    La Côte d’Ivoire est une République et non un royaume qui ne saurait accepter de telle comédie .
    Je vis sur le continent européen et j’ai la chance de voyager dans d’autres regions du monde ; on n’entend jamais parler ou écrire ” Excellence ” , lorsqu’on s’adresse à un Président de la République , à un Premier ministre compétents : OBAMA , SARKOZY , Madame MERKEL , FILLON , GORDON BROWN etc….
    Et , pourtant ce sont ces hommes et ces femmes qui conduisent notre monde en essayant d’apporter à leurs populations du travail , de la sécurité , de la justice , de la liberté , de la dignité , de la formation …..

    Les lois votées par leurs législateurs s’appliquent partout sans distinction de race , de religion , de classes sociales .
    L’une des missions essentielles du politique est de protèger son peuple .
    Le PEN , Chirac , SARKOZY , BERLUSCONI , OBAMA ……. travaillent pour leur pays d’abord . Ils ont tous dans leurs charges une politique en matière d’immigration . Ils défendent durement l’identité de leur nation .

    Que reprochez-vous à BEDIE ?
    L’identité de la Côte d’Ivoire , les Ivoiriens comprendront un jour , est l’affaire des Ivoiriens .
    Pourquoi l’IVOIRITE vous dérange -t-elle ? Où se trouve-t-elle l’exclusion quand on vous explique que l’Ivoirité est un concept culturel ?
    La plus grande majorité des Ivoiriens ne connaissent rien de la vie de Monsieur de Ouattra , ADO .
    Moi , je ne sais rien non plus de cet homme .
    Les hommes politiques qui ont bâti la Côte d’Ivoire au côté d’HOUPHOUET , les Ivoiriens peuvent raconter leur histoire ; quant à l’Alassane , on est allé le chercher à l’extérieur .

    Tout le monde sait , les Ivoiriens connaissent très bien que l’immigration qui menace notre pays vient du nord .
    Il faut appeler un chat , un chat !
    Je m’appelle yao N’GUESSAN !
    Les yao , N’GUESSAN , Koffi , Adjoua , Konan , venus du Ghana , Togo , Benin ne constituent pas un danger pour la Côte d’Ivoire .

    Sommes-nous idiots , sauvages , arriérés , malades , nègres pour prendre des armes fabriquées par les gens qui nous ont colonisés afin de lutter pour une justice en créant d’autres injustices ,d’autres inégalités .

    Monsieur SORO , vous et vos hommes , ont massacré des innocents baoulé , éventré des femmes enceintes , violé nos soeurs , pillé nos parents , vous avez volé nos richesses : or , nos patrimoines , souillé notre sol , vos mains sont trempées dans notre sang .
    a côté d’un campement , village , une ville de notre région ( le grand centre ), il exite un quartier du nord ou du Niger , Mali , Burkina -faso etc…..
    Ces personnes dont vous soutenez la cause , vivent depuis toujours en harmonie avec les baoulé même pendant cette crise où vous nous massacrer avec le fusil du blanc .

    Alassane , ADO , si vous voulez , en tournée politique chez nous a été accueilli avec ferveur par le baoulé ; et vous-même , dans le palais d’HOUPHOUET , à Yamoussoukro ; il y a quelques mois seulement , nos parents vous ont reçu dignement .
    HOUPHOUET , alors Chef d’Etat vous a ouvert grandement ses portes et les promotions au sein des gens du nord , n’ont pas échappé aux décisions de cet homme .

    Pourquoi ce comportement ingrat et sanguinaire ?
    Pourquoi en voulez-vous à BEDIE après avoir commis tant de crimes envers les baoulé ?
    BEDIE n’est en rien responsable de votre folie , de votre désastre , de votre honte .
    Aujourd’hui , vous avez les mains sur la gachette et vous pouvez bander vos muscles , faire des déclarations royalistes , irresponsables .
    Les Ivoiriens ont souffert , énormément souffert . Tout le monde parle de cette souffrance ; les baoulé ont payé un très lourd tribut dans cette crise . C’étaient des gens ordinaires , des paysans , des gens simples qui vivaient loin de la politique que vous avez lâchement , de façon barbare massacrés .

    Vous avez pris les armes pour imposer Alassane , n’est-ce-pas ?
    Et si demain quelqu’un suit votre raisonnement et organise une autre rebellion ?
    Mettez-vous sur le dos du PDCI et de BEDIE .
    Nous savons tous que vous jouer dans le camp d’Alassane .
    Je termine enfin en disant ceci : l’animal dominant soumet les plus faibles ; l’homme n’oublie pas et pardonne difficilement les exécutions de ses proches .

    Bonne soirée , Monsieur SORO sécrétaire général des forces nouvelles de la Côte d’Ivoire .

    yao N’GUESSAN
    Président du MRCRB

    Commentaire par yao N'GUESSAN — 22 juillet 2009 @ 9:01

  3. Qui l’eût cru ? Les initiés sont légions au sein de la tribu des « sorciers blancs », ces conseillers en communication familiers des palais africains. Témoin, Patricia Balme. A l’en croire, la fondatrice de PB Com International n’a jamais évoqué son engagement maçonnique avec ses clients, tels le président camerounais Paul Biya, le chef d’Etat centrafricain François Bozizé, l’opposant ivoirien Alassane Ouattara ou l’ex-ministre français Renaud Dutreil. Etrange coïncidence : tous, à l’exception de Biya, affilié à la mouvance Rose-Croix, sont des « triponctués

    Commentaire par Soldat Diabate — 22 juillet 2009 @ 11:45

  4. yao n’guessan,je suis ne en ci,je suis alle a l’ecole a dimbokro[pure coincidence avec ado] plus precisement l’ecole residentielle au quartier dioulakro en face se trouve l’ecole dioulakro2 de 1974-1977 c’est a dire 2 ans apres l’independance de dimbokro[1975] je suis alle en europe [grande bretagne]je ne me rappelle meme pas des copains de classe.je n’ai garde de relations avec personne[a part ma famille] penses tu que si je decide de faire la politique,on doit me rejeter comme un apatride. personne ne me connait et je ne connais personne,pourtant je suis fier d’etre ivoirien quand bien meme j’ai la nationalite anglaise

    Commentaire par colby — 23 juillet 2009 @ 2:26

  5. Toi n’geussan la ,lorsque tu parle des Ivoiriens?? Il ne faudra pas parler en mon nom et celui de ma familles.Tu est malade de jalousie et de la haine.mais sache que cela va te perdre.Car ta haine pour les autre ivoiriens ,ne redonnera pas le pouvoir a Mr Bedie ou a un Baoule comme tu le souhaite.1-nous sommes en democratie dont le peuple est le detenteurs.2- le Baoule n’est mieux qu’aucun Ivoiriens et vise-versa.3-si Mr Bedie a perdu le pouvoir,il devrait bien sanprendre a lui-meme parce que aveugler de haine pour un homme et sa communautes,voila ou cela la ammener et le pays aussi avec.La cote d’ivoire des Baoule ou des Bet ou dioula ,est desormait termine a jamais.et toi n’geussan tu ne connait pas la honte sinon tu aura fermer ta sale gueule de batard.car je voie que tu ne connait pas l’histoire recente de la cote d’ivoire.et si tu ne le sait pas! toutes les ghaneen et liberian commes les gbagbo et autres,sont venus trouver les senoufo sur la terre de la cote d’ivoire avant que le vieux houphouet et c’est intello viennes fabriquer l’histoire de notre jeune pays a lavantage du peuple baoule.sinon ,houphouet meme reconnaisait que les baoule sont les ghaneen bon tains.tu veut hoo,les nordiste que nous sommes sont ivoiriens,tu ne le veut pas hooooo ,nous le sommes.et si tu n’est pas d’accord!! tu sait quoi faire?? car ce que le jeune soro et ses amis ont fait,etait le prix a paye pour que chaque ivoiriens reconnait les droits et acorde le respect a sont prochains.dosormains revener anccord avec votre ivoirite contre les ivoioriens sur le couvert que vous aviez les armes (fds)de votre cote et vous verrez.aujourd’hui mr gbagbo lui a bien appris sa lecons je croit??

    Commentaire par LE POUVOIR ABSOLU PROVOQUE DES FRUSTRE — 23 juillet 2009 @ 3:04

  6. CE MONSIEUR N’GEUSSAN NE CONNAIT PAS CE QUI SAIT QUE LA HONTE.S’IL SAVAIT CE SAIT LA HONTE! IL NE PERDRA PAS SONT TEMPS A PARLER DE ROIYUM OU SUJETS JE NE SAIT QUOI D’AUTRE.QUI NE SAIT PAS QUI ETAIENT LES BAOULE AU GHANA? LES BAOULE ETAIENT DES ESCLAVES DES ASHANTI AU GHANA,DON LES HOMME BAOULE PECHAIT POUR NOURIR LES NOTABLE ET LEURS MAITRE ASHANTI TOUT LES JOURS.LES FEMMES BAOULE ELLE ETAIENT UTILISER POUR ALLER TRAVAILLER DANS LES CHAMPS LE JOURS,ET LA NUIT TOMBE ELLE DEVENAIENT DES OBJETS SEXUELLE POUR LEURS MAITRE ASHANTI.VOILA CE QUI ETAIT LES SUJETS DABLA POKOU AU GHANA.ECOUTE BIEN CECI MR N’GEUSSAN YAO,CE QUE JE VIEN TE MENSIONNERLA,SI TU NE ME CROIT PAS? VA EN FRANCE A NANTE ET VERIFIER LES ARCHIVES SUR LE PEUPLE BAOULE ET SONT PASSE AU GHANA ,ENSUITE TU REVIENDRA DISCUTER AVEC MOI.ET SI TU NE LE SAIT PAS,HOUPHOUET BOIGNY DE SON VIVAN A TOUT FAIRE POUR QUE CE ARCHIVES LA SOIT DETRUITE SAN AUCUN SUCCES DE SA PART.AUJOURD’HUI NIMPORQUI PEUT CE RENDRE A NANTE ET VERIFIER CE ARCHIVES LA SAN PROBLEME.JE SUIS SURE QUE SI TU LIT CE ARCHIVES LA MR N’GEUSSAN YAO,TU VA RENTRER TOUT PETIT DANS T’ON SOULIER DE DONNEUR DE LECON QUI AIME CE FAIRE PASSER POUR LE CENTRE DE LA COTE D’IVOIRE.

    Commentaire par SANOU PAUL DEPUI NANTE — 23 juillet 2009 @ 3:37

Envoyer un commentaire













PUBLICITE

HAUT DE PAGE L'Intelligent d'Abidjan

SOCEF-NTIC
Societe de Communication, d'Edition, de Finances et des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication

L'Intelligent d'Abidjan
Disponible sur le marche et sur le Net depuis le 04 septembre 2003 Edite par Socef-NTIC, Directeur G�n�ral : Asse Alafe W.

L'Intelligent d'Abidjan Edite par Socef-NTIC
E-mail : [email protected]    / E-mail:
Droits de reproduction et de diffusion reserves � L'Intelligent d'Abidjan
Site realise et edite par RICMedia