NATION
POLITIQUE
INTELLIGENCE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SOCIETES
CHRONIQUES
CULTURE
SPORT

9 février 2009

Convention cadre de lutte antitabac La Côte d’Ivoire ne l’a pas encore ratifiée

Actualites QuotidienL'Intelligent d'Abidjan

Dans le cadre de la journée mondiale du cancer commémorée chaque 4 février, l’ONG
Clucod a organisé un atelier de formation sur la problématique du tabagisme et
l’importance de la convention cadre de lutte antitabac le jeudi 5 février 2009 à
l’Inades si à Cocody. Il ressort des échanges que la Côte d’Ivoire accuse encore du
retard en matière de lutte contre ce fléau.

La lutte contre le tabac ne semble pas encore être une priorité en Côte d’Ivoire à
la différence de la lutte contre le Vih-sida malgré l’existence d’un programme
national de lutte contre le tabac, aujourd’hui élargi à la drogue et aux autres
stupéfiants. Ce laxisme dans ce combat contre ce que M. Saouna Inoussa, secrétaire
permanent de l’observatoire de l’espace francophone de la CCLAT a appelé
‘’l’épidémie industrielle’’, se démontre par un fait marquant, à savoir la non
ratification de la CCLAT par la Côte d’Ivoire. Bien qu’elle l’ait déjà signée depuis
2003 et que l’Assemblée nationale ait déjà achevé la loi de ratification depuis un
an. Selon M. Inoussa, il est important pour un pays comme la Côte d’Ivoire de
s’engager dans la lutte vu l’ampleur des dégâts que cause le tabac dans le monde
avec 5 millions de décès par an contre 2,9 millions par an pour le sida. Il ajoute
également que
ces chiffres vont encore grossir d’ici à 2025 et atteindre les 7 millions si rien
n’est fait. Expliquant les raisons de cette croissance rapide des taux de décès, le
secrétaire de Sos tabagisme au Niger, lui-même fumeur reconverti, indique que les
industries de production de tabac sont dotées d’une puissante stratégie de
communication flatteuse pour maintenir les populations dans la consommation et la
dépendance. Elles influencent les gouvernements et les grands instituts de
recherche par la corruption afin de falsifier et tronquer les informations réelles
sur les effets néfastes du tabac. Une falsification qui consiste particulièrement à
cacher aux victimes que le tabac contient 4 mille substances toxiques dont 50
cancérigènes principalement la nicotine qui est la drogue responsable de la
dépendance. « La stratégie aujourd’hui des firmes productrices de cigarettes est
spécialement orientée vers les Etats en voie de
développement, vu la prise de conscience généralisée des Etats développés qui
travaillent à la réduction des taux de fumeurs à travers l’interdiction de fumer
dans les lieux publics », interpelle M. Inoussa qui révèle que ce nouveau
management est principalement orienté vers la jeune fille africaine. En tant
qu’éducatrice potentielle de la société, la jeune fille devenue fumeuse, est
capable d’influencer négativement son partenaire et ses futurs enfants.

Julienne LIGUE

Aucun commentaire »

Pas de commentaire.

Envoyer un commentaire













PUBLICITE

HAUT DE PAGE L'Intelligent d'Abidjan

SOCEF-NTIC
Societe de Communication, d'Edition, de Finances et des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication

L'Intelligent d'Abidjan
Disponible sur le marche et sur le Net depuis le 04 septembre 2003 Edite par Socef-NTIC, Directeur G�n�ral : Asse Alafe W.

L'Intelligent d'Abidjan Edite par Socef-NTIC
E-mail : [email protected]    / E-mail:
Droits de reproduction et de diffusion reserves � L'Intelligent d'Abidjan
Site realise et edite par RICMedia