NATION
POLITIQUE
INTELLIGENCE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SOCIETES
CHRONIQUES
CULTURE
SPORT

30 mars 2010

Candidate à la présidentielle / Jacqueline Oble :‘’Je ne travaille ni pour Banny ni pour Bédié‘’

Actualites QuotidienL'Intelligent d'Abidjan

Candidate indépendante à la présidentielle en Côte d’Ivoire, Pr Jacqueline Lohoues Oble, a été, le lundi 29 mars 2010, l’invitée de Fraternité Matin. Une occasion toute rêvée pour la première femme candidate à l’élection présidentielle ivoirienne, de faire non seulement la genèse de sa candidature, mais aussi de parler de son projet de société et dresser un bilan à mi-parcours de ses cinq premiers mois de candidature (Novembre 2009-mars 2010).

« Première femme candidate à la présidentielle en Côte d’Ivoire : le sens d’une aventure ». Tel est le thème autour duquel ont tourné les échanges entre la première femme agrégée de Droit Privée en Côte d’Ivoire et la presse. Dans son exposé, Mme Jacqueline Oble a d’emblée indiqué que sa candidature a été motivée par sa volonté de redonner l’espoir aux Ivoiriens, qui n’ont plus confiance en la classe politique actuelle. « La solution au problème de la Côte d’Ivoire n’est pas entre les mains des trois leaders », a-t-elle craché, en faisant allusion à Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié. « Il faut quelqu’un de neutre (…) Ma candidature, c’est pour demain. Ramener l’espoir, tout-en faisant en sorte que les Ivoiriens puissent connaître le vrai développement. Je ne vais pas vous proposer des programmes, avec des milliards de francs. Je n’ai pas d’argent, mais je considère qu’on peut être candidat sans argent. Ce qui importe pour moi, c’est le message que l’on porte aux gens », s’est-elle exprimée. A ceux qui pensaient que les ficelles de sa candidature étaient tirées par Charles Konan Banny ou Henri Konan Bédié, Jacqueline Oble s’est voulue catégorique. « Je suis candidate à l’élection présidentielle au même titre que les autres candidats. Je ne travaille pas pour Banny, encore moins pour Bédié. Je n’ai pas besoin d’être la faire valoir de quelqu’un », a-t-elle coupé court. Concernant la célébration des 50 ans d’indépendance de la Côte d’Ivoire, la candidate à la présidentielle ivoirienne a déclaré que le cinquantenaire devrait plutôt être l’occasion pour les Ivoiriens, de réfléchir sur l’avenir du pays. « Nous vivons sur le passé. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire a reculé de près de trente (30) ans. Nous n’avons pas à être fiers de nos 50 ans. On doit avoir le profil bas et réfléchir sur l’avenir», a commenté Mme Jacqueline Obles.
David Yala

Page suivante »
HAUT DE PAGE L'Intelligent d'Abidjan

SOCEF-NTIC
Societe de Communication, d'Edition, de Finances et des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication

L'Intelligent d'Abidjan
Disponible sur le marche et sur le Net depuis le 04 septembre 2003 Edite par Socef-NTIC, Directeur G�n�ral : Asse Alafe W.

L'Intelligent d'Abidjan Edite par Socef-NTIC
E-mail : [email protected]    / E-mail:
Droits de reproduction et de diffusion reserves � L'Intelligent d'Abidjan
Site realise et edite par RICMedia